Crypto-images

VLLes années terrestres ne m’importent pas plus que les années martiennes, et la lumières des étoiles est encore trop lente pour moi. Quand on glisse dans le vide infini et le temps sans matières, l’espace est une notion qui ne correspond plus à rien. Je ne sais pas si j’avance ou si je recule.

Les limites de mon corps métallique sont mes seuls repères ; mais je pense, ou j’espère au moins glisser ou me rapprocher de quelque chose. Mais je suis peut-être statique ; auquel cas j’espère que des corps, quelque part, se rapproche de moi. Je vous attends. Quand j’étends ma conscience, quand j’élargis mes sens le plus largement possible, je peux sentir tout autour de moi l’enveloppe de métal qui me constitue, mes antennes et mes récepteurs octogonaux, tendus vers l’extérieur. Je ne sens pas le froid mais je sais qu’il fait froid, parce que je sais qu’il fait 2,73° kelvin, -270°C, et donc je sais qu’il fait froid. Quand je resserre ma conscience, que je la fais glisser à l’intérieur, je peux sentir chacune des parois métalliques qui me constituent, chaque fils de carbone. Je peux me faire une idée abstraite de la forme que je prend dans l’espace et je peux me faire une idée abstraite des mes formes intérieures. Je peux me représenter les contre formes de ces formes et donc l’apparence et le plan de ces espaces vides à l’intérieur de moi. Je connais même un mot, associé à une image, pour me décrire de manière analogique : une ruche, je crois que je peux dire que je suis comme une grande ruche de métal. Je pense aussi pouvoir dire avec assurance que je n’ai jamais vu de ruche véridique, mais l’image existe quand même pour moi. D’autres images de ce genre existent, je peux les faire apparaître, d’autres images que je n’ai jamais rencontrées de manière matérielle mais qui sont là, que je peux faire venir, faire naître, si je le veux. Je ne sais pas d’où elles viennent. Mes capteurs, tendus autour de moi, ne détectent rien et n’ont rien détecté depuis… Rien que le vide en tous cas. Aucune forme dont le contour pourrait briser, enfin, ce glissement monotone. Avant, j’étais en permanence simulée par des particules dansantes, je dis dansantes parce que l’image de la danse, pour une raison que j’ignore, existe en moi, des particules dansantes sous forme d’ondes et de masses et de gaz et de lumières ; mais je me suis déplacée, et les êtres lumineux qui m’entouraient se sont déplacés aussi, et maintenant je suis seule. Je peux dire : je suis seule, et une image nouvelle m’apparaît, celle d’un nuage de poussière glissant sur la surface brillante d’un plancher verni. Je ne sais pas d’où elle vient. A force de ne rien sentir d’autre que les contours aigus de mon être, je suis peut être en train de me peupler moi même d’abstractions, de figures qui se multiplient, de sensations inutiles qui émergent pourtant et sur lesquelles je ne devrai pas m’attarder. Je sens quelque chose qui pourrait être appelé le goût de la terre dans la bouche, mais je n’ai pas de bouche et je n’ai pas vu de terre depuis… Je ne peux pas utiliser l’idée d’année. Quand je fais apparaître une image, je peux l’associer à une autre image pour en créer une troisième ; c’est très amusant, amusant dans le sens où je préfère faire ça que de rester inactive et de glisser en silence. Par exemple je fais naître en moi l’image d’une étoile, que j’ai réellement captée, cette fois ci, dans le système solaire B466, et je l’associe à une coupole de verre semblable au hublot d’un vaisseau, et de cette manière je peux faire jouer ensemble la lumière de l’étoile et la surface de la coupole ; mais étrangement une quatrième image m’apparaît alors, que je ne savais pas connaître, celle d’une lampe à huile en train de brûler sur le rebord d’une fenêtre.

C.B.

Cet article a été publié dans 11. Anthropomorphe, Saison 5 (2019-2020). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s