Blog des ateliers d’écriture de La Page et la chambre

Pour visiter le blog personnel de Brice Auffoy, suivre le lien suivant : https://wordpress.com/view/billetsdhumeurlitteratureartsetculture.home.blog

Bienvenue sur le blog de l’espace littéraire des ateliers d’écriture de La Page et la chambre !

« Que choisir ? La fidélité au passé… ou la liberté de se créer à volonté ? »

Witold Gombrowicz, Testament

« Tout l’art se comporte comme recherche, et l’on pourrait même le dire avec une certaine violence ou une certaine hauteur : art et recherche sont de purs synonymes. L’art sans recherche n’est pas l’art. » 

JC Bailly, L’Elargissement du poème

Cinquième saison des ateliers de la rue Nationale.

Prochains ateliers :

  • lundi 1er juin 2020, à 18h15, au 8, rue Nationale
  • jeudi 4 juin, à 18h30, au jardin de Fabienne

Les grands principes de l’atelier d’écriture restent inchangés. Les propositions, construites à partir de lectures littéraires, seront ce qu’elles étaient les années précédentes, des pistes d’écriture pour s’essayer à de nouvelles formes, en emboîtant le pas des écrivains qui ont arpenté des sentiers qui bifurquent. Pas de dogme littéraire en vue, pas de façon préconisée, préfabriquée, de faire, mais des invitations renouvelées à expérimenter toutes sortes de démarches pour se trouver un style personnel, ou s’en inventer de nouveaux, en fonction d’enjeux narratifs. En somme, il s’agirait sans doute d’oublier chaque fois ses automatismes pour se surprendre et innover, s’empêcher de tourner en rond. Un défi pas si simple à relever, mais le jeu en vaut sans doute la chandelle. A très bientôt. 

Thèmes d’entre-ateliers : 1.1 : De bruit et de fureur / 1.2 L’amour / 2.3 L’enfance / 2.4 L’errance / 3.5 Si tu t’imagines xava xava xa / 3.6 La sagesse chinoise /  3.7 Ulysse / 4.8 Le stylo s’est vidé de son encre / 4.9 Dans l’épaisseur stridente d’un nuage de sauterelles / 5.10 Les promesses des bulles de champagne. / 5.11 La transformation physique / 6.12 L’assassin, l’assassiné, et l’escroc sont assis sur un banc public (Petite catin / In vino veritas) / 6.13 Des lagunes dans les yeux / 7.14 Et Dieu créa les transexuels / 7.15 La beauté magique / 8.16 Les Ménades / 8.17 … sous les draps … entre les cuisses / 9.18 Bavardage sans fin / 9.19 Ecrire oui, mais pourquoi ? – Le principe de précaution / 10.20 Singulière visite  / 10.21 L’insoutenable légèreté de l’autre / 11.22 Néo-paganisme / 11.23 Ce ciel étrange / 12.24 Eric au Chili / 12.25 La récup’ (Les fées ont-elles toujours avec elles un dragon ?) / 13.26 La couleur mordorée / 13.27 Une cité en flammes / 14.28 Sous l’eau, immobile, dans la vase / 14.29 Tant va la cruche à l’eau / 15.30 Moi j’entends quand tout est silence / 15.31 Tu ne tueras point / 16.32 Le souvenir d’un plaisir / La mansuétude de l’esclave / 16.33 Au voleur ! / 17.34 La dérive des continents / 17.35 La rancœur du maître / 18.36 Invasions barbares

 

 

Publié dans Saison 5 (2019-2020) | Laisser un commentaire

Semi-transparente

« Peut-être est-ce encore un peu tôt pour venir voir votre mari, madame…

  • Je ne pouvais tout de même pas ne pas venir le voir le jour de son anniversaire ! »

Dans sa cellule en effet, son mari porte toute une collection de culottes roses, autour des bras, des jambes et, en plus ample quantité encore, sur sa tête : Lire la suite

Publié dans 16. Obsession | Laisser un commentaire

HALF MAN II

Cantine Tarantine Self-Production presents

HALF MAN II

France, 15 octobre 1945.

Homme barbu avec un chapeau sur une chaise à droite de l’écran, une table devant lui. On ne voit que son profil gauche.

En incrustation : « starring Culte Recel »

« Respirez plus français que moi, y avait pas, mon Général, au risque de m’étouffer avec une baguette d’ailleurs, ou avec un croissant, si vous préférez. Mon credo jusqu’au bout du souffle…

Puis une seule bombe aura suffi pour me faire respirer notre condition à tous ! » Lire la suite

Publié dans 17. Depuis le regard d'un autre... | 2 commentaires

Searching for HALF MAN

Searching for HALF MAN

(documentaire réalisé par Malik Bendjelloul)

Décor de la rue principale de la city dans le film HALF MAN.

Voix off : « Objet de tous les fantasmes depuis 30 ans dans un cercle cinéphile restreint, le film HALF MAN sorti en 1990, le premier réalisé par Cantine Tarantine, l’est d’autant plus que son acteur principal, Culte Recel, n’est plus apparu depuis sur le grand écran. Sa mort ne fait l’objet d’aucun doute, si ce n’est sur ses circonstances exactes… » Lire la suite

Publié dans 5.11 La transformation physique | Laisser un commentaire

La crame (La déprave 3)

(épisodes précédents :

https://lespacelitterairesite.wordpress.com/2017/06/16/la-deprave/

https://lespacelitterairesite.wordpress.com/2018/05/17/la-decoupe-la-deprave-2/)

En surface

« Allez, debout, mes amis ! C’est le grand jour ! Regardez son aurore se lever depuis notre promontoire ! Mais à chacun son rythme…

Mon petit âne, un œil après l’autre, tu sais l’effet du sol argenté de l’Océan au loin à cette heure, si sa pureté t’agresse, tu ahanes dans l’instant et la beauté est plus douloureuse encore alors que ton cri finit par décanter. Et qui supporte moins que tout ce sac déposé par le seul désespoir ?

Toi, mon petit coq !, qui chantes alors pour remplir le vide, et la journée durant puisqu’il n’y a plus humain à réveiller ! Toi aussi, une plume après l’autre…

Pas de cris aujourd’hui, ne restons pas enfermés dans la tragédie de l’instant ! Lire la suite

Publié dans 11.23 Ce ciel étrange | Laisser un commentaire

Ritournelle

tumblr_prz3ko4uSU1r62o57o1_400

On a couché le taureau sur le sol. Six hommes le tiennent, fermement, un pour chaque patte, un pour la tête, une main entourant chacune des cornes, et un, à moitié couché sur le corps de la bête, le torse nu et plaqué contre elle, deux bras tendus de chaque côté du flanc noir et brillant, les poings serrés autour de deux poignées d’herbes. Lire la suite

Publié dans 16. Obsession | 4 commentaires

HALF MAN

The Weinstein Company presents

HALF MAN

Voix off : « Une somme infinie de peureux dans notre City. Je ne dénote pas, je suis le Shérif. Big Jim le sait, ce crevard de 35 ans qui ne doit son surnom qu’au seul fait qu’il est le plus gros crevard que tout notre Comté ait jamais compté. Mais son corps est malingre, ses idées maladives, alors il veut tout bouffer et, pour cela, rien n’est plus utile qu’une bonne paire de couilles grosses comme le monde et deux colts qui pendent à son ceinturon pour lui en faire une deuxième pour nous baiser tous deux fois. Son ombre s’étalera bientôt jusqu’à mes pieds car Big Jim a la sournoiserie enfoncée dans le caractère en vertu d’une éducation débridée. Big Jim arrivera du côté de telle sorte que j’y voie que dalle avec le soleil dans les yeux. » Lire la suite

Publié dans 15. Tomzack | 4 commentaires

le rateau la nuit

images (2)Les griffes du râteau ont fini par être recouvertes de rouille et enlacées par les branches du lierre. Il est posé contre la haute porte en bois depuis presque deux ans. La porte en bois est celle d’une vieille grange en pierre. Le bâtiment est situé à la lisière d’une large forêt ronde étalée sur les hauteurs d’une chaîne de montagne. Un chemin presqu’inempruntable, parce que tout cabossé, mène à la porte en bois. Autour d’elle il y a le ciel. Au bout du ciel, il y a le râteau. Lire la suite

Publié dans 15. Tomzack | Laisser un commentaire