Blog des ateliers d’écriture de La Page et la chambre

Pour visiter le blog personnel de Brice Auffoy, suivre le lien suivant : bricea.home.blog

Bienvenue sur le blog de l’espace littéraire des ateliers d’écriture de La Page et la chambre !

« Chaque œuvre à faire a sa poétique en soi, qu’il faut trouver »

Gustave Flaubert, Correspondances

« On ne peut pas écrire sans style. Sans lui, il n’y a rien ; il nous dit ce que voit l’écrivain, comment il parle. Le style est le point de vue de l’écrivain sur le monde, sa façon de le comprendre, sa voix. » 

Ursula K Le Guin, Le Langage de la nuit

 

Septième saison des ateliers de la rue Nationale, à Nîmes

Notre rendez-vous : le jeudi, à 18h30, une fois tous les quinze jours

Et c’est reparti pour un petit tour d’atelier ! Cette année sera celle du renouveau, n’en doutons pas, loin des préoccupations stériles d’un siècle que notre jeunesse n’a rien fait pour « mériter », et que les générations d’avant leur laissent en héritage – quels beaux cadeaux… Donc, ça va écrire, ça va publier, dans un groupe ou le sang neuf va apporter une nouvelle dynamique, et je vous prédis des textes de qualité, des textes variés, des textes tous azimuts. Bonnes lectures. 

Brice Auffoy 

 

 

 

 

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | Laisser un commentaire

À quatre pattes, Chateau !

POMPON-ours-blanc

Est-elle belle ? Oui, sans aucune mesure, mais sur quoi fonder dès lors une confiance pour elle ?

Son rideau de cheveux n’a pas d’équivalent en mercerie ; aucun cou n’a jamais dépassé le sien en mignon ; ses yeux, mon Dieu !; et les jambes fuselées que ça lui fait sont de celles qui martèlent le désir des hommes jusqu’à le courber à la merci du sien. Seulement ce désir masculin alors n’en est plus qu’une projection, une projection aux allures de peur, et sous la peur, une haine pathétique. Par le fait, cette haine est la seule mesure qu’elle emporte devant son miroir, qu’elle retrouve au fond de ses propres yeux. Elle est belle, donc elle se déteste. Lire la suite

Publié dans 01. les lois rigoureuses de M. Songe, Saison 7 | Laisser un commentaire

Saison 7 – catégories

Publié dans 01.A La lumière, 01.B erreur de numéro de téléphone | Laisser un commentaire

Notre point rouge

point_rouge

Le voyez-vous ? Par votre fenêtre, au-delà du champ, la forêt, entre les deux branches là-bas. Oui, cette forêt rassemble beaucoup d’arbres, chaque arbre de nombreuses branches, mais ces deux branches-là nous attirent comme le vide. Passer à leurs côtés du regard nous précipite au fond de nos peurs. Vos yeux en disent long, ainsi y êtes vous enfin, lové autour ainsi qu’une brume, regardez-les s’écarter légèrement pour nous le faire voir, indéniable. Le point rouge. Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | Laisser un commentaire

Magny-Lès-Aubigny, 1948

Toutes ces persoCette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est magny-aubigny_5d32f75f43ef0.jpgnnes que je ne verrai plus me procurent un immense vertige, le vide qu’elles laissent tourne sur lui-même. Ou est-ce l’addition des morts qui n’en finit plus d’augmenter son résultat ? Ceux qui sont morts d’avoir vécu terrassent en nombre ceux qui vivent et il ne faut pas se fier au temps pour arranger les comptes. Mais cela ne tient peut-être qu’à soi de se préserver un peu de vie sous la dent. Et pourquoi ne pas manger les vivants pour qu’ils survivent en nous ? Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | Laisser un commentaire

L’Éternité moins ton jour

Une flamme noire que le vent malmène.

Une robe noire un coup flip, un coup flap, sous des assauts venus du Nord et du Sud, de l’Ouest et de l’Est, d’un zéphyr sacrément versatile.

Un fantôme hurle et pénètre dans l’embouchure de sa propre voix : c’est un fantôme plus russe encore que la poupée, sous son plus petit filet court encore la puissance de l’Éternité. Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | 7 commentaires

Entre règles et relativité

C’est à un endroit de la vallée de l’Ouche où sa plaine s’élargit en une permanente monotonie que Monsieur Pierre rend bel hommage à ces dames.

L’entrée du château de Monsieur Pierre dans le dos, laissez aller vos pas au-delà des dépendances, puis levez la tête. Quelques bergeronnettes vous siffleront la bonne direction et, après trois amples brassées de leurs ailes tout au plus, feront traîner de langoureux trilles au contact de leurs pattes posées sur les produits d’un champ par moi bichonné : de frêles salades duveteuses, disséminées çà et là par une germination hasardeuse, ouvrent leurs petites et grandes corolles timidement afin de ne pas risquer regarder trop droit les yeux implacables du soleil. Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | Laisser un commentaire

Le Grand Maître du jeu

Sa fille entra, poussée par Justine, la gouvernante de maison au visage si angélique. Son fauteuil roulant à assise de bois rivalisa de grincement avec le parquet. Tout ce bois qui soutenait sa fille rendait par contraste plus fragile encore son frêle corps torturé par cet accident jadis et… Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | Laisser un commentaire

Base de patate douce

« Bon dieu, tu es un savant mélange de chieuse et de pisseuse ! Et il a fallu que je tombe sur toi…

  • Un massage, je ne demande tout de même qu’un massage !

  • Mais que t’ai-je fait, Sainte Déesse de la créativité ?…

  • Et avec de l’huile, mon chéri, mon corps glissera mieux entre tes doigts…

  • Non ! J’ai à faire, à écrire !

  • Écrire, toujours écrire… L’huile est dans la salle de bains, mon chéri ! »

Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | 5 commentaires

Au crépuscule

… dans le même instant noua ses mains au cou du premier serveur que la fonction avait placé à sa proximité, s’y balança afin d’y suspendre le temps. Elle éclata tout naturellement de son propre rire d’enfant, mais la balançoire suspendue à la plus grosse branche de l’arbre dans ses souvenirs éclata aussitôt de sa propre disgrâce et l’arbre entier se déracina. Elle se laissa glisser au sol, pas plus qu’une étoffe inutile au serveur. Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | Laisser un commentaire

Le conducteur de la grosse voiture à grosses roues

J’ai une grosse voiture à grosses roues. Avec, je roule sur tout, vroum !, sur les animaux, les gens, les vieilles surtout, avec leurs vieilles cannes et leurs vieilles lunettes. C’est génial, les grosses roues, ça fait tout craquer. C’est drôle ! Je fais les cris à leur place, je fais les « crac » à la place de leurs os. Lire la suite

Publié dans Saison 6 (2020-2021) | 1 commentaire