le rateau la nuit

images (2)Les griffes du râteau ont fini par être recouvertes de rouille et enlacées par les branches du lierre. Il est posé contre la haute porte en bois depuis presque deux ans. La porte en bois est celle d’une vieille grange en pierre. Le bâtiment est situé à la lisière d’une large forêt ronde étalée sur les hauteurs d’une chaîne de montagne. Un chemin presqu’inempruntable, parce que tout cabossé, mène à la porte en bois. Autour d’elle il y a le ciel. Au bout du ciel, il y a le râteau. Lire la suite

Publié dans 15. Tomzack | Laisser un commentaire

Maelström

tumblr_ptbd3q93jn1spjdkzo1_400

Un soir brûlant, alors que je traînais dans les quartiers résidentiels du Nord de Nice, j’ai recroisé un centaure. Sa silhouette haute et tendue m’apparut au détour d’une rue, elle dépassait largement au dessus des voitures garées en double file. Lire la suite

Publié dans 15. Tomzack | 2 commentaires

Heat Wave

nightscene

Une crise financière sans précédent triplée d’une multiplication des conflits mondiaux et d’une vague de chaleur n’est pas forcément la période propice à la recherche de logements, me fit remarquer l’agent immobilier Lire la suite

Publié dans 14. Biographèmes, Non classé | Laisser un commentaire

Oy !

Si vous saviez, ce ne sont pas les anecdotes qui manquent avec mon papé, j’entends sa voix, je sens sa grosse main douce et rugueuse comme une carte du monde, et l’odeur de sa joue – il y appliquait de la poudre de riz après le coup de rasoir électrique – au moment du baiser du soir que j’attendais sans oser le lui dire… Lire la suite

Publié dans 14. Biographèmes | Laisser un commentaire

Le droit fondamental de péter

La veine a pété, ma chérie ! Desserrez le poing, je vous ai fait un nœud. Faut recommencer… Voilà ! Celle de dessus était plus dure, j’aurais pas dû m’y lancer. Bon, faut voir le bon côté des choses, vous avez des veines quand même, mais elles sont un peu fatiguées… Lire la suite

Publié dans 13. Foin des causalités sans écueil | 14 commentaires

En sucre

unnamedIl m’est arrivé de rêver que l’eau pouvait le faire fondre, comme un sucre qu’on plonge dans un liquide. Il pleuvait fort dans ce rêve, comme ça peut parfois souvent toujours être le cas ici, dans ce pays où le ciel est chargé de nuages d’un gris foncé, presque noir, dont on trouve peut-être l’équivalent que dans un pays comme l’Irlande, et il se désagrégeait petit à petit. Lire la suite

Publié dans 5.11 La transformation physique, Non classé, Saison 5 (2019-2020) | 3 commentaires

Autoportrait

Mon cher spectateur, que veux-tu que je te peigne cette fois ? La jolie fenêtre que je vois de l’autre côté de ma rue ? Hum, c’est déjà beaucoup demander, l’obligation d’ajouter éventuellement des rideaux, de peindre peut-être tout l’immeuble, de lui ajouter une porte et des habitants encore. Et, mon spectateur, je sais que tu préfères les sujets simples. Lire la suite

Publié dans 12. Littérature X pour lectrice et lecteur Y | Laisser un commentaire

c’est le matin

champs-de-coquelicots-00e8f29e-17a9-4ef5-82b3-c70f897d00fcC’est le matin déjà faut croire. L’heure d’avant l’heure d’aller sentir les flammes sans rosée. C’est l’heure saine de nos existences qui se sont retrouvée sur le bas-côté. Lire la suite

Publié dans 12. Littérature X pour lectrice et lecteur Y, Saison 5 (2019-2020) | 4 commentaires

Le grand réveil

brueghel20

Tu n’y crois pas encore mais tu verras : le matin s’ouvrira au son des trompettes et des vibrations électro-acoustiques qui transperceront le monde. Lire la suite

Publié dans 12. Littérature X pour lectrice et lecteur Y, Saison 5 (2019-2020) | Laisser un commentaire

Temps normand

1903145-focusC’est un matin comme un autre. En me levant, je jette un œil par la fenêtre. Toutes mes journées commencent par ça. Je sais pas pourquoi, disons que c’est ma routine. Ce matin-là, ô stupeur, je vois pas mon mur. J’écris ô stupeur, un peu pour rire, car ça a rien de stupéfiant. Lire la suite

Publié dans 11.23 Ce ciel étrange, Saison 5 (2019-2020) | 2 commentaires