Ritournelle

tumblr_prz3ko4uSU1r62o57o1_400

On a couché le taureau sur le sol. Six hommes le tiennent, fermement, un pour chaque patte, un pour la tête, une main entourant chacune des cornes, et un, à moitié couché sur le corps de la bête, le torse nu et plaqué contre elle, deux bras tendus de chaque côté du flanc noir et brillant, les poings serrés autour de deux poignées d’herbes.

Un vieil homme à l’autre bout du champ lit le journal. Voilà ce qu’il y trouve :

Tandis que certains produits financiers affichent une performance positive sur un an, d’autres ont vu leur valeur divisée par plus de deux.

Au dessus d’eux le ciel est complètement bleu. La bave du taureau, mêlée à du sang, coule de ses narines et de sa bouche et forme une traînée rouge vif sur le sol. Il se débat en soufflant. Son ventre se lève et s’abaisse à un rythme régulier.

A l’autre bout du champ il y a aussi une cabane de bois et de tôles dans laquelle un groupe de musiciens, une fanfare même, produit un son cacophonique. Nous ne savons pas quand finiront les retombées économiques de cette crise. Nous ne pouvons établir que des pronostics.

Un des musiciens joue de la trompette. C’est le signal du début du morceau. Une femme assise avec un tambour entre les jambes prend le relaie, puis suivent les autres percussions, les basses et les cuivres, et alors c’est fini, personne n’écoute plus personne.

On a sorti un certain nombre de pneus à côté de la baraque. Ils sont en train d’être disposés en cercle pour former une piscine. Plusieurs corps d’enfants sont couchés sur l’herbe. Leurs dos sont couverts de feuilles collées là par la sueur.

Alors que l’argent proviendra principalement des gouvernements, les communautés affectées et la société civile joueront une fonction essentielle.

Une adolescente filme avec son portable la tête du taureau, son mufle et son regard noir, ses gros yeux noirs exorbités et cerclés de rouge. Un homme approche un fer brûlant qui reposait jusque là dans les braises sur le sol.

On a recouvert les pneus d’une bâche en plastique verte. La piscine est en train de se remplir. Un long tuyau d’arrosage serpente sur les graviers et entre les touffes d’herbes sèches.

L’eau est déjà pleine de guêpes et d’araignées mortes.

Les écarts peuvent être très importants, au sein d’une même catégorie, entre les meilleurs fonds et les moins bons. Le meilleur fond affiche par exemple un recul de 4,8% et le moins bon une perte de 22,3%. Le meuglement du taureau traverse le ciel et le champ. Une saxophoniste, pour rire, souffle une note identique, comme pour lui répondre.

Un vieux camion à côté de la cabane sert d’estrade à qui le veut. Des paires de jambes pendent dans le vide. Si je pouvais être n’importe quel animal, dit quelqu’un, ça ne serait pas un taureau. On leur coupe les oreilles et on les marque au fer rouge. Ce ne serait pas non plus une abeille car elles travaillent trop – personne n’a envie de travailler en ce moment.

Cette décision a été sanctionnée en bourse, où son titre perdait quelque 4% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

Plusieurs personnes se sont mises à danser à l’ombre d’un eucalyptus. Quelqu’un a marché sur un scorpion, et son pied est devenu gonflé comme un fœtus. La plupart des danseurs et danseuses, d’ailleurs, sont pieds nus. Un chapeau vole dans les airs. Quelqu’un dit : je n’ai plus aucune croyance dans le concept de « couple », je suis désolée. Je crois qu’il faut réinvestir l’amour dans un processus plus global, un processus partagé. Elle a raison, dit quelqu’un d’autre, de la même manière que l’art ne devrait plus exister comme étant détaché du monde, mais être plutôt fondé, impliqué, fusionné avec chaque geste de notre quotidien, avec chacun de nos objets, de la même manière que l’art doit devenir une pratique permanente plutôt qu’une activité spécialisée, l’amour devrait être un exercice de chaque instant et non un état d’exception détaché du reste de la vie. Reste à résoudre certaines difficultés sur la chaîne d’approvisionnement et à progressivement retrouver le rythme de production habituel. Il faudra que les banques réévaluent les risques liés à ces nouvelles conditions de circulation. Les êtres humains, continue quelqu’un, n’étaient pas jusque là capables d’assumer l’intensité de ce que pourrait être l’amour démultiplié, dé-hiérarchisé, l’amour porté à chaque seconde et à chaque chose de ce monde. Mais cette époque est révolue : nous ne sommes plus dans la phase primaire de l’humanité, nous sommes devenus matures.

Mouvements sociaux, prises de décision et profits nuls : il reste beaucoup à faire pour les banques centrales et les gouvernements. Sur le sol brûlant, les pieds ont délimités une zone circulaire, foulé l’herbe jusqu’à en retourner la terre. Malgré cette embellie, et même si les acteurs du monde économique se mobilisent pour enrayer une crise qui s’annonce comme inédite, le mois de juillet est bien incertain.

illustration : Milton Glaser

Cet article a été publié dans Saison 5 (2019-2020). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Ritournelle

  1. guidru dit :

    Je suis épaté par les liens que tu arrives à tisser entre différents plans de nos existences. Si c’est là ton obsession, il y a des obsessions réparatrices, voilà ce que je dis.
    Et je suis épaté avant tout par tes multiples talents, Claire ! Je te dirais bien de continuer comme ça, mais j’aurais trop peur de passer pour un vieux con.

    J'aime

    • clairebouu dit :

      Merci ! Je me demande du coup s’il existe des obsessions qui n’ont pas pour but d’être réparatrices. Il faudrait demander à Fabienne et voir ce qu’en dit la Gestalt thérapie!

      J'aime

      • briceauffoy dit :

        Il y a nombre d’obsessions qui sont tout sauf réparatrices, et les obsessionnels sont rarement heureux… Tu ne l’as pas appris à l’école ? On ne vous apprend plus rien à l’école, c’est bien triste.

        J'aime

      • guidru dit :

        Punaise, Claire, ton père est un casse-bonbons de première. Partout où il passe, il laisse un petit caca de polémique. Attends, j’avais mal lu : quoi, on t’a pas appris que beaucoup d’obsessions n’étaient pas réparatrices ?!?

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s