le rateau la nuit

images (2)Les griffes du râteau ont fini par être recouvertes de rouille et enlacées par les branches du lierre. Il est posé contre la haute porte en bois depuis presque deux ans. La porte en bois est celle d’une vieille grange en pierre. Le bâtiment est situé à la lisière d’une large forêt ronde étalée sur les hauteurs d’une chaîne de montagne. Un chemin presqu’inempruntable, parce que tout cabossé, mène à la porte en bois. Autour d’elle il y a le ciel. Au bout du ciel, il y a le râteau.

Il nous est dit que le râteau brille la nuit. Il nous est dit qu’un rayon de lumière s’échappe de la serrure de la grosse porte en bois. La clé devait être énorme tant le filet de lumière projeté sur le sol est visible et volumineux. Il nous est dit que parfois des griffes disparaissent, qu’il arrive que dans la nuit des meutes humaines sortent des forêts et organisent des fêtes autour de feux de joie. Le feu est allumé de sorte à ce que le faisceau lumineux disparaisse au cœur de foyer.

Il nous est dit aussi que le râteau est d’abord admiré et qu’après, un soufflet est introduit dans le feu pour faire monter la température. Ensuite, nous savons que ça commence avec une dent, une griffe, une lame, aussi longue que possible. Un premier râteau sort des flammes. Puis, quatre petits doigts crochets naissent de la pression du fer rouge entre deux pierres. Certaines personnes ont même des chaussures-enclumes avec des semelles en acier.

Nous savons que jusqu’au matin des râteaux jaillissent de la serrure disparue, que tous frappent au milieu des pierres et des roches, et comptent combien d’aiguilles, de crocs, de doigts, il serait nécessaire à la fabrication d’outils courbés. Nous savons qu’il ne faut pas s’approcher du râteau ni s’autoriser à arracher les bras du lierre enroulé autour. Le jour venu, le râteau s’est démultiplié. Il n’est pas dit quand s’éteint le feu, ni où se séparent celles et ceux qui s’unissent sous les étoiles au pied de la grosse porte en bois. Quand la lumière du jour boit celle du rayon qui sort de la porte, le feu s’assoupit, et leurs pas s’éparpillent aux différentes embouchures de la forêt, des centaines de griffes entre les doigts.

F.L.

Cet article a été publié dans Saison 5 (2019-2020). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s