Tentative de l’enso

71sz+w25GpL._AC_SY550_Depuis le 12 mars j’avais envie de vous écrire, de m’écrire à moi-même, d’écrire pour dire ce que ce qui se bouscule dans ma tête, ce qui se confronte là-haut, une véritable sauvagerie cérébrale, traversée de sidération, de culpabilité, de responsabilité requestionnée, de « c’est quoi cette junglerie, kad ? »

La liberté au fait savent-ils ce qu ‘elle signifie ? Sais-tu vraiment au fond ce qu’elle signifie toi même?

Non et c’est bien là une promesse formidable me dis-je en moi-même, l’occasion d’essayer de la redéfinir, de se requestionner sur mon éthique de vie ou plus prosaïquement comme une occasion de redéfinir une stratégie de vie.

Partir du je ne sais pas .

Plutôt cool et accessible à tous.

Un a priori nécessaire, un axiome comme disent les matheux, l’hypothèse de départ quoi, qui est posée là et qui autoriserait à penser.

Effrayant Kad aussi car la certitude rassure là où le doute insécurise, n’oublie pas.

Mais si de ce doute initial, si de cette insécurité, si de ce trou béant pouvait naître un quelque chose que je ne connais pas encore ?

Du nouveau ? Et si ce trou béant n’était pas synonyme de vide ?

Si ce trou était la cachette des doutes anciens, un trésor planqué là dans le jardin?

Ce trou a peut-être été creusé par tous ceux de nos ancêtres qui avaient eux aussi cherché et trouvé le trésor des leurs ?

Et si finalement j’osais moi aussi cette chute dans le trou des doutes des anciens ?

Et si en y rajoutant le mien, toutes les questions planquées se décidaient à se reposer ?

Et si elles attendaient là pépères que quelqu’un comme toi, comme moi, recommence à chercher ?

Je chercherais quoi ? Une vérité ? Des vérités ? C’est quoi la vérité ? Elle serait posée là quelque part dans ce trou là aussi ?

Les anciens auraient tout trouvé ? Ils auraient caché cette vérité là dans ce trou ? Figée et impossible à requestionner ?

Ce serait alors un trou fermé, une tombe, le sarcophage des idées mortes- nées -enterrées ?

Et si cette vérité elle n’était pas dans ce trou béant enfermant le trésor des doutes des anciens , elle serait en dehors?

En dehors mais dans le jardin ? En dehors tout court? Je devrais peut-être lever la tête hors de ce trou et chercher dans le ciel peut-être ?

Elle serait donc hors de ce trou, hors de moi, c’est Dieu ou un truc comme ça qui me surplomberait la vérité?

Que je ne pourrais jamais toucher du doigt ?

Il poserait le sien d’un air accusateur m’écrasant sous le doute et l’inaccessibilité de LA vérité ?

Et si LA vérité était effectivement inaccessible, impalpable car divine ou ailleurs comme dans X-FILES, peut-être qu’elle est nulle part et partout à la fois finalement ?

Peut-être qu’elle est juste à chercher ?

Peut-être que si je me pose dans le jardin, que si je plonge ma main dans le trou des anciens et que je chope un de leurs doutes , que je le malaxe avec mes doigts pour en extraire le sens qu’ils ont trouvé, peut-être que je peux moi aussi en jeter quelques uns dedans pour les chercheurs de sens suivants ?

Mais en même temps si je me contente de les sortir, de les observer, de les interpréter, de les mettre au goût du jour et que je les ré enterre, à quoi ça sert ?

Peut-être que si je replongeais ma main dans le trou aux doutes des anciens que j’en balançais un au fond de ma poche et que je me décidais à sortir de mon jardin, que je me baladais dans le monde et que je réfléchissais ce doute dans le doute baladé dans la poche de l’autre, peut-être qu’un morceau de vérité pourrait se refléter dans un miroir géant ?

Peut-être que finalement réfléchir c’est ça, un reflet du monde, une image que je crée du monde ?

Du coup, vu que je sais que c’est une image, elle ne peut que se limiter à développer une vision du monde parmi d’autres ? Comme une photographie est le résultat de l’objet que je regarde à travers l’objectif.

Du coup chaque œil constituerait cet objectif qui regarde le monde avec son doute en poche pour en restituer une image du sens tant recherché?

Je ne peux donc pas décemment imposer l’image comme la vérité de l’objet observé aux autres qui eux aussi développent leurs propres photographies ?

Mais peut-être que les nombreux reflets du monde issus des regards de chacun finissent par reconstituer la plupart des aspects de l’objet observé sans jamais pouvoir le restituer complètement ?

Donc on en revient à l’incomplétude, à la béance ? C’est quoi ce truc de dingue qui fout le vertige ?

L’incomplétude des idées comme celle de l’être humain serait peut-être alors ce mouvement d’arrachement perpétuel ?

Arrachement à la fidélité aux réponses enterrées des anciens pour chercher en dehors de mon jardin les miennes ?

Elles naîtraient, car je me déciderais enfin à parcourir le monde !
Elles naîtraient car en chemin je me frotterais à l’altérité !
De ce frottement naîtrait une part de vérité sans jamais pouvoir l’atteindre en totalité.
Rien de triste puisque l’incomplétude est ce que je laisse en héritage à ma fille et mon fils pour qu’ils puissent à leur tour plonger leur main le trésor des doutes.

K .

Cet article a été publié dans Hors atelier, Saison 5 (2019-2020). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Tentative de l’enso

  1. guidru dit :

    Dis, c’est bien la vraie K qui écrit cette fois ?

    Aimé par 1 personne

  2. guidru dit :

    En tout cas, un texte fort qui me parle beaucoup, qui devrait m’inciter à me sortir les doigts du trou pour aller chercher ma propre vérité, même partielle. Je parle pour moi parce que, si tu as la curiosité de te balader sur le site, tu te rendras compte qu’Eric s’y est fiché un régime de bananes entier et a l’air d’y prendre grand plaisir…
    Je t’embrasse, K, et que le doute soit avec toi !

    Aimé par 1 personne

  3. kadbou dit :

    Ouch ça fait tellement longtemps que je n’écris quasi rien et que les tableaux excel dynamiques ont failli tuer toute créativité que ….merci du commentaire😅

    J'aime

    • guidru dit :

      Ma pauvre K… Des fois, malgré tout, les tableaux excel dynamiques permettent de remplir certaines béances qu’on n’arrive pas à affronter. Pour ça, ils sont sans doute nécessaires (moi aussi, j’ai fait beaucoup dans le tableau excel…). ça rejoint du coup ton texte, non ?

      Aimé par 1 personne

  4. granmocassin dit :

    Tu excel dans le doute? Toutes ces questions essentielles me font dire que tu es sur le bon chemin. Le doute, c’est le mental. La question est: Qui doute? Qui pense? La méditation aide à ne plus souffrir de la béance. Alors tu te connectes à la sagesse des Anciens
    ça fait plaisir de relire du Kad en tous cas!

    Aimé par 1 personne

  5. granmocassin dit :

    Je travaille en grande partie avec les entreprises du BTP, donc pour moi c’est très calme.

    Aimé par 1 personne

  6. granmocassin dit :

    Même cinq minutes par jour, ça le fait. Il faut simplement se fixer un horaire et s’y tenir.
    A bientôt.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s