Bernard, Lucien et les 2 zigotos

Bernard est mon ami. Tous les gens, mon épouse la première, viennent se planter autour de lui comme s’il était le Grand Chêne d’une forêt, voilà Bernard. Paix, joie, humour sont des mots inventés pour désigner ses branches.

Bernard m’énerve. Les racines de notre amitié s’allongent certes en profondeur, mais Bernard m’énerve. Il est du genre à ne pas vraiment écouter pendant que je parle :

« Tu te souviens, Bernard, de la première fois que j’ai fumé un joint ?

  • Bien entendu, Lucien, tu avais passé la soirée les yeux dirigés vers le haut, on ne voyait que leur blanc.

  • C’est qu’il m’était arrivé une drôle de chose, Bernard, une chose que j’ai jamais racontée… Ce soir-là j’ai perçu au-dessus de mon cerveau la présence de 2 zigotos, 2 étranges personnages comme dans un cockpit d’hélicoptère dont j’entendais la conversation. Or cette conversation précédait chacun de mes gestes et à chaque fois court-circuitait le processus de mes décisions. J’ai passé la soirée à lever les yeux pour tenter – en vain – de les apercevoir.

  • C’est donc pour cela que tu as fumé tant de joints par la suite, Lucien ?

  • Effectivement, Bernard, j’ai réussi à les entendre quotidiennement et à dénicher enfin une explication à cet étrange phénomène dans ma vie : ma Nature profonde me pousse vers la solitude, comme tu le sais, et pourtant chaque matin me surprend avec une nouvelle fille dans mon lit.

  • Tu es en train de me dire que ce n’est pas toi, Lucien, le véritable vicelard, mais ces 2 zigotos ?

  • Notamment, Bernard, mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. Ce sont de drôles de personnages, tu sais, il y en a toujours un pour parler et l’autre pour ne pas vraiment écouter, ils n’arrêtent jamais : « Tu ne m’as pas écouté », dit l’un ; « J’ai essayé, répond l’autre, mais au moment de t’écouter, je me suis dit « faut que j’écoute, pas comme les fois précédentes… ». Et comme les fois précédentes, le temps de me le dire, je ne t’écoute plus… » Et toutes leurs conversations sont à l’avenant, Bernard…

  • Je te plains sincèrement, Lucien !

  • À force de tenter de les regarder en levant les yeux, j’ai fini par les apercevoir, puis par les analyser à leur insu. Et à quoi ressemblent-ils, Bernard ? Ils ne sont jamais véritablement les mêmes chaque jour. Tu sais, Bernard, les personnes que l’on rencontre, comment notre esprit ne peut s’empêcher d’aller les faire rejoindre des figures-types à part nous pour pouvoir les appréhender, les classer. Voilà, c’est ça, ces gens, nous les jetons derrière nous comme dans des camions-bennes, nous les broyons et puis, par je ne sais quel processus, ils sont bien triés, bien rangés. Pour moi, ce sont ces 2 zigotos au-dessus de moi, le monde est divisé en 2, entre ceux qui parlent et ceux qui n’écoutent pas vraiment. Le 1e zigoto est chaque jour différent, mais il parle inexorablement ; le 2e zigoto est chaque jour différent, mais il n’écoute jamais vraiment. Ma question est : que sont ces 2 zigotos l’un pour l’autre ? Comprends-tu ce que je viens de dire, Bernard, m’as-tu vraiment écouté ?

  • Jusque-là, tout est limpide, Lucien : il y a 2 zigotos au-dessus de ta tête !

  • Oui, Bernard, l’un parle beaucoup, l’autre n’écoute pas vraiment…

  • Là, oui, par contre, je ne suis pas sûr de comprendre, Lucien.

  • Par exemple, si le 1e zigoto dit au 2e : « je me tape ta femme », le 2e zigoto s’écrie « ce n’est pas bien de se taper la femme d’un autre », mais il ne comprend pas vraiment qu’il s’agit de sa femme…

  • Il faut dire que ce n’est pas bien de se taper la femme des autres, Lucien, tu en conviendras !

  • Un autre exemple, Bernard, pour que tu comprennes encore mieux : il arriva un jour que le 1e zigoto, n’en pouvant plus de ne pas être écouté par le 2e zigoto, lui creva les pneus de sa voiture et laissa un mot pour avouer son crime. « M’écouteras-tu vraiment un jour ? Signé : le 1e zigoto. »

  • Mais, Lucien, ils ont des voitures dans leur hélicoptère, tes 2 zigotos ?

  • C’est un exemple, Bernard, un exemple bien entendu…

  • Un bon exemple, Lucien, un très bon exemple : c’est justement ce qui m’est arrivé il n’y a pas si longtemps, tu te rappelles ? Et qu’a dit le 2e zigoto ?

  • « Merci, 1e zigoto, de m’ouvrir ainsi les yeux car, oui, j’aurais dû t’écouter cette fois où tu m’avais conseillé de louer un garage pour y placer ma voiture »

  • C’est marrant, Lucien, c’est exactement ce que je t’avais dit lorsqu’on m’avait crevé les pneus, tu te rappelles ?

  • Oui, Bernard, je me rappelle très bien…

  • Par contre, Lucien, admettons que le 2e zigoto prenne soudainement la parole, sans coup férir pour ainsi dire.

  • Pour dire quoi ?, Bernard, le 2e zigoto ne parle pas plus qu’il n’écoute vraiment.

  • C’est un exemple, Lucien, mais s’il dit au 1e zigoto : « je me tape ta femme pour t’être tapé la mienne ! », comment réagira le 1e zigoto, Lucien ? Est-ce qu’il lui crèvera une 2e fois les pneus de sa voiture, Lucien ? Parce qu’il faut me le dire dans ce cas, que je loue effectivement un garage pour ma voiture… »

Cet article a été publié dans Saison 4 (2018-2019). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s