La poule aux œufs d’or de production allemande

Dans l’expression « poule aux œufs d’or », je n’ai jamais considéré que le mot « poule ». Tandis que mes camarades soulevaient la poule pour appréhender la qualité de ses œufs avant de l’engager éventuellement plus loin, je m’engageais totalement envers la poule, qui se refusait dès lors inexorablement à moi.

Je marchais ce jour-là sur ce pont, plongé dans quelques souvenirs de moqueries de la poule lorsque je décidai d’assumer mon incompatibilité avec elle. Il était temps pour moi de me suicider, Docteur.

J’enjambai le parapet du pont et me plaçai au rebord de sa pile. Entre mes pieds notre fleuve scintillait de mille feux, il me semblait que je m’y fondrais plus je m’y noierais. Alors je pensai à l’un de mes camarades qui avait tenté à son heure d’interrompre son propre cours pour de semblables raisons d’incompatibilité. Lui avait décidé de s’écourter par les airs, depuis le toit de sa maison. Malheureusement, une de ses jambes se laissa accrocher par son antenne de télévision, des fils s’emmêlèrent et tout le courant de sa maison sauta tout net en lieu et place du fusible de sa conscience. Les pompiers, au moment de le secourir, jugèrent bon de rétablir le courant par deux fois pour pouvoir bénéficier d’un peu de lumière lors de leur intervention, ce qui électrocuta par deux fois mon camarade. Il n’est certes pas mort, mais allez lui parler de coup de foudre désormais. Déguerpissez au plus vite si vous faites d’ailleurs cette gaffe devant lui car il risque bien d’évoquer dans la foulée la note d’électricité qu’il reçut quelques jours après, salée, amère.

À ce moment-là, j’entendis une voix derrière moi : « Monsieur ? »

Je me retournai. Un visage comme on n’en faisait plus, dans un écrin d’un autre temps. Je veux dire par là que j’étais déjà passé mentalement dans un monde sans plus aucune poule et il y avait devant moi deux yeux qui me considéraient à cet instant, qui m’obligeaient moi-même à considérer cet instant comme il était, comme un véritable morceau de vie. C’était bien beau, mais qu’y aurait-il encore après lui ? Des œufs à considérer ? Quelle taille et combien de carats ?

« Monsieur, je suis perdue : où est le bout du pont ? »

Je me tournai successivement vers les deux extrémités du pont sans réussir à comprendre le sens de sa question, son sourire entendu m’aida à le dénicher : je compris qu’elle m’invitait à sourire à mon tour. Personne ne l’avait donc prévenue pour les notes d’électricité salées et amères ?

« Madame, je suis moi-même à bout, mais ce n’est pas une destination pour vous, je peux vous l’assurer. Allez donc voir cet autre bout, là, voyez, si vous y êtes. Vous y serez mieux en tout cas… »

Elle s’en alla et je repris la question de mon suicide, Docteur, précisément par où les réponses l’avaient fuie : comment s’y prendre pour en sortir grandi ? Une péniche qui passait par là émit alors un sifflement plein et prolongé pour prévenir qui de droit. Me revint l’expérience douloureuse d’un de mes amis qui s’était essayé à l’escalade. S’apprêtant à descendre en rappel après une ascension victorieuse, il avait inspiré d’aise et la corde dans son ensemble avait tout à coup glissé entre les doigts et le mécanisme de celui qui le sécurisait. Il avait chuté de 20 m, avait réussi à se réceptionner habilement sur ses pieds pour rapetisser de 20 cm lui-même.

Docteur, la hauteur de la pile de mon pont étant d’une bonne cinquantaine de mètres, je rapetisserais moi-même de 50 cm si, comme ma chance habituelle le laissait présager, je rencontrais tout au bout de ma chute le plancher d’une péniche de passage plutôt que la surface de notre fleuve. Et qui sait, Docteur, l’effet que je produirais 50 cm plus petit ? Je ne pouvais le supposer, n’ayant qu’un miroir somme toute classique dans ma salle-de-bains, pas un de ceux qui vous déforment, pour pouvoir me représenter la chose.

Puis me revint, Docteur, que les nains effectuaient, ces petits salauds, une entrée fracassante dans l’industrie pornographique. Le nain, analysait-on, réunissait tous les attributs de l’homme à taille réelle, mais en plus condensé. Pour les femmes, l’espoir d’un coït de poche, plus facilement transportable, comme un godemichet bien vivant, d’autant que la taille de leur engin ne subissait pas les désagréments de leur génétique a priori défavorable. Que n’aurais-je aimé naître nain, Docteur !

Donc, Docteur, à ce moment, mon choix était fait : je sauterais, atterrirais sur le plancher d’une péniche, je rapetisserais ainsi de 50 cm pour constater que la péniche accueillerait le tournage d’un film porno de production allemande – je dois vous le dire, Docteur, c’est à votre bon souvenir que s’imposa ce pays. L’actrice principale, Eva, se tournerait vers moi : « Ah, Günter est enfin là ! Et d’où sors-tu, mon petit ? », elle me cajolerait en une inspection précise de l’ensemble de mon corps, raccourci à certains endroits, enflé à d’autres.

Tout à coup, mon téléphone sonna, Docteur. Ma mère :

« Comment vas-tu, mon chéri ?

  • ça va, maman…

  • Où es-tu ?

  • Sur un… Enfin, dehors, maman.

  • N’attrape pas froid surtout !

  • Oui, maman…

  • Et que fais-tu ?

  • Quelque chose de vital, maman, je dois d’ailleurs te laisser… »

Je raccrochai donc, Docteur, et m’avouai que je ne pourrais pas me suicider ce soir-là. Je me voyais en effet déjà chuter avec le bonheur de me laisser aller à une extase fugace, rentrer quelques secondes après dans un monde humide qui m’avait échappé jusque-là et, inévitablement, juste avant de rentrer dans les eaux, l’image de ma mère surplomberait mes dernières visions : « Mon chéri, as-tu bien enfilé ta combinaison pour ne pas attraper froid ?!? » Je me sentirais ainsi coupable durant ma mort autant que dans ma vie.

Et puis mon sexe était en pleine érection après les caresses d’Eva, mon corps repêché dans cet état décevrait définitivement ma mère si elle devait le reconnaître auprès d’un médecin légiste.

Enfin, tout compte fait, le tableau clair-obscur du fleuve entre mes pieds me plaisait comme cela, je n’avais pas envie de sonder de près ses coups de pinceau.

J’enjambai le parapet dans l’autre sens pour rejoindre la travée du pont, la jeune femme était là :

« Je suis allée voir les deux bouts du pont, Monsieur, aucun ne m’intéresse autant que le vôtre… »

L’image de mon érection s’introduisit dans mon esprit et je la cachai machinalement dans la réalité de mes deux mains. Je regardai la jeune femme à nouveau, cette fois avec les yeux de celui qui ne réussira jamais à mourir : sa robe était étonnante, joliment arrangée avec de multiples motifs de petits œufs d’or. En voilà une qu’il n’y aurait pas à soulever, me dis-je, et pourtant elle aurait les formes idéales pour en couver quelques-uns.

« Venez ici, Monsieur ! »

Et, mon bon Docteur, elle m’embrassa.

Cet article a été publié dans Saison 4 (2018-2019). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s